Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce sujet sera traité d'une autre façon sous peu (c'est à dire musicalement) mais pour l'instant je mets en ligne un texte écrit en juin 2011 faisant suite à la campagne "Osez le clito"...

 

OSEZ LE CLITO ! OSEZ LE PRÉPUCE ! OSEZ LE CERVEAU !


L'appropriation de la Connaissance :


Dernièrement, la campagne médiatique Osez le clito (site www-osezleclito-fr) a divulgué une information capitale pour les femmes autant que pour les hommes qui aiment les femmes : le clitoris est l'organe du corps féminin uniquement réservé au plaisir !


La planche anatomique exacte du clitoris date de 1998 ! La première échographie de 2008 ! Le docteur Odile Buisson à l'origine de celle-ci explique qu'elle-même, en tant que gynécologue-obstétricienne, n'avait jamais pensé jusque là à en faire une... alors que pléthores d' échographies sont régulièrement faites et que la cartographie du corps humain semblait « bouclée ». Comment expliquer un tel manque dans la nomenclature des connaissances médicales ? Un médecin, pendant et au-delà de sa formation, est normalement dispensé de toute forme de pudibonderie face au corps humain, sur lequel il a pratiqué dissections et palpations... Mme Buisson le reconnaît et pourtant, là, on constate une étrange absence. Aussi, comment ne pas bondir ? N'est-il pas sidérant que, dans un monde soi-disant libéré et progressiste, le tabou sur le sexe féminin concerne l'organe destiné uniquement à son plaisir ?

 

Ainsi, on apprend que le clitoris mesure 15 cm dans sa totalité et n'a rien à voir avec le « petit bouton de rose » de la littérature. Qu'il possède plus de 10000 terminaisons nerveuses, alors que le gland n'en a pas plus de 4000. Que le mythique clivage clitoridienne/vaginale n'existe pas, et n'a jamais existé ! Que la recherche médicale française n'a aucune équipe travaillant sur le sujet...
Pour la petite histoire, on apprend encore que Mme Buisson a été amenée à faire cette première échographie à la demande d'un chirurgien et urologue français, Pierre Foldés, spécialisé dans la reconstruction des clitoris... des femmes excisées ! Autrement dit, en France, on s'est finalement occupé du clitoris pour venir en aide aux femmes d'origine étrangère qui n'en avaient plus !


Cependant, et il est nécessaire de le remarquer, cela ne touche qu'une extrême minorité : 50 000 femmes d'après les chiffres 2007 de l'INED. Si on reporte ce chiffre à celui de la population féminine (environ 30 millions de femmes en 2005), cela nous fait prés de 0,2 % de femmes excisées. Un tel pourcentage désigne objectivement une extrême minorité...


Il fallait donc en arriver là : c'est par l'absence du clitoris de manière minoritaire que l'on s'intéresse à sa présence en général ! Et pour cause : l'excision, maintes fois débattue sur les plateaux de télé, et qui déchaîne passions et polémiques... L'excision, mot terrifiant qui fait trembler d'effroi les adolescentes et laisse perplexe la majorité des femmes... L'excision, une abomination qui fait consensus parce que c'est une mutilation génitale pratiquée sur des enfants... exactement comme la circoncision !


A propos de la Manipulation :


Alors à quand un groupe « d'hoministes » provocant, faisant une campagne intitulée Osez le prépuce ? Pourquoi pratiquement aucun homme non-circoncis (la majorité des hommes sur la planète) ne se sent réellement concerné par le sort des petits garçons ? Comment se fait-il que les mêmes fameux plateaux de télé n'en parlent jamais ? Aucune confrontation sur le sujet ? Est-ce un tabou farouchement défendu ? Si oui, pourquoi ? Qui cache ainsi le drame du petit prépuce perdu ?


Selon les résultats de 2009, l'OMS précise que 30 % de la population masculine mondiale serait circoncise. Traduisons immédiatement dans l'autre sens : 70 % n'est pas circoncise ! Cet organisme estime qu'il y a 661 millions d'hommes de plus de 15 ans circoncis contre 100 à 140 millions de femmes excisées. Il y a donc 5 à 6 fois plus de mutilations génitales masculines que féminines.


Scandaliserait-on le peuple sur la partie minoritaire de la population mondiale victime de mutilation génitale ? On focalise ainsi l'attention sur l'horrible, sur la barbare excision, pendant que l'on trouve tout à fait normal de couper le prépuce des petits garçons, voire des nourrissons de 8 jours dans la communauté juive !


Aujourd'hui pour valider cet acte, des raisons autres que purement religieuses pointent. Elles ont vu le jour vers la fin du 19ième siècle dans le monde anglo-saxon, et se nomment «hygiène», «santé», s'appuient sur l'antique lutte contre la masturbation... Ces raisons se propageant même jusqu'en Afrique où elle apportent, en plus, une soi-disant protection contre le sida ! Tout est bon afin de banaliser cette mutilation infantile considérée bénigne, indolore, inexistante (!), discrète et sans conséquence aucune. La circoncision est propre, justifiée, aseptisée, légale, défendue universellement. Elle est l'image inversée de l'excision, laquelle est sale, violente, illégale, criminelle, vectrice d'infections et de mortalité, condamnée unanimement.


Rechercher les instigateurs de la Manipulation :


En juin 2011, aux Etats Unis, pays où 79% de la population masculine est circoncise (source OMS 2009), l'acteur Russel Crowe a osé dire : la circoncision est barbare et stupide. Qui sommes-nous pour corriger la Nature ? Est-il bien vrai que DIEU demande à ce que le prépuce lui soit offert ? Les bébés sont parfaits. A la suite de ces propos déclencheurs d'une vague de polémiques, la publication spécialisée «Hollywood Reporter» a titré : Russell Crowe insulte les juifs. Eli Roth, un acteur de confession juive, s'est ensuite exprimé sur le commentaire du «Hollywood Reporter» :  ...ce titre essaye de faire croire de façon évidente que Russell est antisémite . Il convient de s'intéresser à cette soudaine accusation d'antisémitisme.


Tout d'abord, la circoncision n'est pas la propriété exclusive de la communauté juive. Mais il faut tout de même remarquer que seule cette communauté la pratique rituellement sur des bébés ! L'excision, quant à elle, reste indubitablement - et médiatiquement - liée au monde musulman. Pas d'excision dans la pure tradition juive (sauf chez l'ethnie judaïque ultra minoritaire des Falashas). «L'essentiel des populations qui pratiquent ces mutilations sexuelles féminines (l'excision) est musulman» énonce l'article de Wikipédia. Autrement dit, focaliser encore et toujours l'attention sur l'excision, s'apparente à une manipulation permettant de pointer les pratiques contestables d'un seul groupe religieux, celui des musulmans ! Ainsi, on distille l'image barbare du monde de Mahomet, sous le prétexte fallacieux de défense de la liberté sexuelle des femmes. A croire que tout le monde s'intéresse à leur droit de jouir convenablement ! Sujet en vérité si préoccupant que la recherche médicale, dans son ensemble, a attendu 1998 pour s'y intéresser ! Cela démontre la totale absence de motivation, ainsi que la volonté de ne faire aucun effort, pour connaître scientifiquement cette jouissance si... passionnément défendue !


Pendant ce temps, on oublie l'autre mutilation génitale, la masculine, celle qui est présente aussi bien chez les musulmans que chez les juifs. Celle qui semble ne jamais devoir subir une quelconque remise en question - y compris au sein d'une république laïque comme la France - La France qui, ne l'oublions pas, est initialement de culture religieuse catholique, et donc totalement étrangère à l'une ou l'autre forme de mutilation génitale...


S'il y a des défenseurs zélés de la circoncision, il semblerait alors qu'ils appartiennent soit à la communauté juive, soit à la communauté musulmane, et que, manifestement, ils soient en capacité d'initier une manipulation insidieuse sur ce sujet. Si la communauté musulmane avait pu intenter une censure quelconque pour défendre ses valeurs religieuses, elle l'aurait déjà fait. Aussi bien à propos de l'excision que de la circoncision, puisque chez elle les deux coexistent. Or la mutilation génitale féminine faisant aujourd'hui consensus, force est de constater la totale absence d'efficacité de tels censeurs religieux pour la rendre acceptable !


De plus, existe-t-il des hommes musulmans non-circoncis ? Oui. La circoncision n'est pas mentionnée dans le Coran. Existe-t-il des hommes juifs non-circoncis ? Non. La circoncision est obligatoire et écrite noir sur blanc dans la Torah. Car la communauté juive se définit intrinsèquement autour de la circoncision.... La Brit Milah (la circoncision au 8ième jour de la naissance) est, en effet, indéfectible, constituante, nécessaire, et non-transigeable. Elle prédispose à la «nature juive». A tel point qu'un adulte qui se convertirait au judaïsme, doit passer obligatoirement par elle. C'est pourquoi les protecteurs évidents de la circoncision, et par là même les vraisemblables instigateurs des diverses campagnes médiatiques contre l'excision en France, sont plutôt issus de cette communauté dans sa partie la plus élitiste, agressive, virulente et puissante, à savoir la communauté juive sioniste.


Cette manipulation est habile et passe totalement inaperçue, ce qui donne une idée, encore une fois, de la force de pression de cette minorité. Car la communauté juive représente moins de 1 % de la population française et 0,2 % de la population mondiale (chiffres 2008 donnés par l'American Jewish Commitee) ; c'est donc bien une minorité. Et s'il est impossible aujourd'hui de porter un débat réel sur la circoncision dans les médias, c'est parce que ceux-ci sont farouchement tenus par cette même minorité. Une simple étude statistique de l'INSEE sur la répartition des métiers de l'information suivant les confessions religieuses et/ou les appartenances culturelles communautaires, pourrait appuyer ou non un tel argument... Pour autant, nous pouvons constater rapidement combien de débats ou d'émissions télé sur la barbarie de l'excision nous ont déjà été soumis. Pendant que rien de médiatique n'est proposé sur la circoncision... La petite communauté juive sioniste peut être très fière de sa sur-représentation dans les médias classiques, mais il semble tabou de le faire remarquer. La charge à l'antisémitisme déboulant aussitôt...


Les mutilations génitales infantiles féminines comme masculines sont des crimes contre l'enfant :


« La déclaration des droits de l'homme prolongée par celle des droits de l'enfant sont explicites : Nul n'a le droit d'attenter à l'intégrité physique des mineurs non informés et bien sûr non consentants. La circoncision rituelle, comme les autres mutilations sexuelles, devraient tomber sous le coup de la loi (Article 312 de la loi du 2 février 1981). S'il est maintenant facile d'attendrir les populations sur les horreurs de l'excision, la lutte contre la circoncision n'est pas un thème mobilisateur. Pourtant on ne parviendra à éradiquer les mutilations féminines que si l'on abolit en même temps la circoncision. Partout où l'on mutile les filles, on mutile les petits garçons. Il est impossible de préserver le clitoris des fillettes si l'on continue de laisser couper le prépuce de leurs frères. Les sermons moralisateurs des occidentaux resteront inefficaces tant qu'ils n'aborderont pas le problème de la circoncision » déclare un internaute tout à fait anonyme sur le forum aufeminin.com.


Choisir de citer un anonyme plutôt que d'éminents spécialistes est un choix tout à fait conscient d'une part pour mettre en avant que la liberté de pensée est à présent dans le camp des «simples» gens, d'autre part que le seul espace de liberté d'expression véritable reste Internet , avec sa multitude de forums, blogs et sites. Pour autant il apparaît qu'il ne suffit pas de donner un avis, si éclairé soit-il. Il est urgent de chercher à connaître les raisons de la non-mobilisation en France autour de la circoncision, et par là de révéler une manipulation ainsi que leurs vraisemblables auteurs.
J'ai tenté de démontrer qu'il y a une volonté farouche de la part de la communauté juive de ne pas faire avancer d'un pouce la cause des mutilations infantiles, et ce afin de ne jamais devoir renoncer à sa tradition de circoncire tout jeune mâle de 8 jours. Mutilation infantile qu'elle soutient au plus haut point, de manière beaucoup plus vivace que le monde musulman. Lequel semble, de plus, porter médiatiquement tous les maux de la terre...


N'oublions pas que mutiler un enfant reste un crime, tout simplement. Les interventions pour cause thérapeutiques authentiques (encore une fois minoritaires !) sont bien entendu d'un autre registre qui ne doit en aucun cas prêter à corruption. Pratiquer une mutilation génitale pour d'autres motifs que ceux-là est un abus de pouvoir, autant qu'un manque manifeste d'humanité, de la part d'hommes et de femmes préoccupés par leur dogme, leur culture, leur communautarisme ou leurs lubies hygiénistes. Ils semblent insensibles ou non-préoccupés par les conséquences de ces mutilations dramatiques pour la sexualité et l'enfantement (infibulation), et dévastatrices sur le métabolisme des bébés de 8 jours...


Libre à tout adulte pour épouser sa foi profonde envers son Dieu - ou pour d'autres raisons - de se faire enlever prépuce ou clitoris. Libre à chaque adulte de faire ce qu'il veut de son corps en toute conscience. Mais la mutilation génitale infantile, féminine comme masculine, ne peut être soutenue par un occidental de culture chrétienne, ou tout simplement athée. Et si des politiciens venaient à la défendre au nom de la liberté de culte, il serait légitime de rétorquer que l'alarme publique des médias sur la mutilation génitale féminine seule, n'a plus lieu d'être. Alors l'excision devrait recevoir les mêmes suffrages que la circoncision et être admise par tous, légiférée, médicalisée et intégrée à notre société de manière identique.


Précisons que, d'après la loi Française, tout homme circoncis peut porter plainte contre ses parents, si, adulte, il estime que cet acte a porté atteinte à son libre arbitre. Aussi étrange que cela puisse paraître il n'y a, pour l'instant, aucun cas recensé ! Mais c'est justement cette possibilité de demander de forts dommages et intérêts aux parents, ainsi que la charge de l'opération de reconstruction du pénis, qui a fait nettement reculé la circoncision aux Etats-Unis. Bien entendu les femmes adultes excisées peuvent agir de la même façon.


Au final, il est important de saisir que prendre position contre l'excision, sans s'opposer à la circoncision, est une voie sans issue dans laquelle tous les tapages, tous les appels au scandale, ne font qu'aller et venir sans briser le mur du problème. Il serait donc temps que la majorité de la population, c'est à dire des hommes non circoncis et des femmes non excisées, prennent conscience de la manipulation qui s'opère sur un sujet aussi important.


Mérée Drante, juillet 2011.

Tag(s) : #ECRITS